black decorative triangle
TRIXXO Jobs

Questions fréquentes

Questions concernant le travail intérimaire 

Pour quels emplois puis-je contacter TRIXXO Jobs ? 

Nous avons des emplois pour les ouvriers, les employés, les étudiants et les travailleurs flexi-job.
TRIXXO propose des emplois dans les secteurs suivants :

  • Construction (TRIXXO Construxx)
  • Sécurité (Pompiers)
  • Horeca
  • Service à la clientèle
  • Employés (TRIXXO Exxperts)
  • Logistique et distribution
  • Technique et production
  • Flexi-jobs
  • Jobs étudiants

Puis-je obtenir un contrat fixe via TRIXXO Jobs ? 

Bien sûr ! Le travail intérimaire n’est certainement pas toujours de courte durée. De nombreux travailleurs intérimaires reçoivent un contrat fixe après leur période d’intérim.

Qu’est-ce qui se passe après mon inscription chez TRIXXO Jobs ? 

Nous pensons qu’il est important de vraiment vous connaître. Après avoir reçu votre candidature, nous serons heureux de vous rencontrer pour un entretien et quelques tests. De cette façon, nous examinerons ensemble les emplois qui vous conviennent le mieux. Nous présenterons ensuite votre profil à nos clients. Souvent, vous pouvez même choisir parmi plusieurs offres par la suite. Évidemment, nous vous demandons d’abord la permission de transmettre votre CV à des employeurs potentiels.

Travailler comme intérimaire ? Est-ce que cela signifie plus de paperasse ?  

Pas du tout. TRIXXO Jobs dispose d’une équipe administrative qui s’occupe de toutes les formalités administratives pour vous.

Quand TRIXXO Jobs paie-t-il mon salaire ? Tous les mois, toutes les semaines ? 

Toutes les semaines. Pour en savoir plus, adressez-vous à : admin@trixxo.be

En tant que travailleur intérimaire, est-ce que je reçois le même salaire qu’un travailleur permanent ? 

Votre salaire est égal au salaire d’un travailleur permanent du même âge au même poste. Vos collègues reçoivent des titres-repas ou des éco-chèques ? Alors, en tant que travailleur intérimaire, vous en recevrez également.

Travail intérimaire et pension. Comment cela fonctionne-t-il exactement ? 

Après 26 semaines, vous commencez à constituer votre pension. L’agence d’intérim vous verse une prime de pension de 2,6 %. Il s’agit de la pension de base. Outre celle-ci, vous pouvez épargner individuellement afin de vous constituer une plus grosse pension. 

Si vous travaillez par l’intermédiaire de l’agence d’intérim pendant plus de 78 semaines, vous vous constituerez une plus grosse pension. Cette pension est basée sur une prime moyenne d’environ 7,1 % du salaire (environ 12 % de la base de la pension). L’agence d’intérim paie les 2/3 et vous, en tant que travailleur intérimaire, payez 1/3 de cette prime. 

En tant que travailleur intérimaire, ai-je droit à une prime de fin d’année ? 

Pour avoir droit à cette prime, il suffit d’avoir travaillé au moins 65 jours ou 494 heures au cours de la période de référence (du 1er juillet au 30 juin), auprès d’une ou plusieurs agences d’intérim. Certains jours d’absence, tels que les jours de maladie couverts par un salaire garanti, les jours de repos compensatoires et les jours fériés, sont inclus dans le calcul de ces 65 jours. La prime s’élève à 8,33 % de votre salaire brut gagné pendant cette période.

En tant que travailleur intérimaire, ai-je aussi droit à des vacances ? 

Vous avez droit à au moins 20 jours de vacances. Du moins si vous avez travaillé à temps plein dans un régime de 5 jours pendant une année complète l’année précédente. Si vous avez travaillé dans un régime de 6 jours, vous avez même droit à 24 jours de vacances. Vous avez été temporairement au chômage l’année précédente ou vous avez travaillé à temps partiel ? Dans ce cas, vous en aurez moins. Tant que votre employeur est d’accord, vous pouvez demander à tout moment un jour de congé en tant que travailleur intérimaire. Même s’il vaut mieux ne pas prévoir de longues vacances lors d’une mission. En effet, la plupart des employeurs font appel à des travailleurs intérimaires pour faire face aux moments de forte demande.

En tant que travailleur intérimaire, ai-je droit à un pécule de vacances ? 

En tant que travailleur intérimaire, vous avez autant droit au pécule de vacances qu’un travailleur permanent. Le pécule de vacances est calculé sur la base de toutes les prestations de l’année précédente et diffère selon que vous êtes un employé ou un ouvrier.

Employé(e) 

  • simple pécule de vacances : Le simple pécule de vacances est égal au salaire normal que vous recevez pendant vos vacances.
  • double pécule de vacances : Le double pécule de vacances est égal à 92 % de votre salaire mensuel brut et sert de prime annuelle. Le paiement est effectué directement par l’employeur lui-même. En tant qu’agence intérim, nous sommes votre employeur pendant la période d’intérim. C’est pourquoi vous recevrez immédiatement le pécule de vacances avec le salaire hebdomadaire, qu’il soit simple ou double.

Ouvrier(-ère) 

  • En tant qu’ouvrier(-ère), votre pécule de vacances équivaut à environ 15 % de votre salaire annuel brut augmenté (soit 108 %). Concrètement, le montant est environ égal à 8 semaines de salaire en cas d’emploi à temps plein.

Le paiement est effectué par virement bancaire par l’Office national des vacances annuelles (ONVA) entre le 2 mai et le 30 juin, tant pour les travailleurs permanents que pour les travailleurs intérimaires.

En tant que travailleur intérimaire, ai-je droit aux jours fériés ? 

En tant que travailleur intérimaire, vous avez autant droit aux jours fériés payés que les travailleurs permanents. Il y a un total de 10 jours fériés payés que vous pouvez marquer dans votre agenda chaque année.

Ces jours sont:

  • Jour de l’an
  • Lundi de Pâques
  • Fête du travail
  • Ascension
  • Pentecôte
  • Fête nationale
  • Assomption
  • Toussaint
  • Armistice de 1918
  • Noël

Puis-je accumuler de l’ancienneté en tant que travailleur intérimaire ? 

Bien que vous n’ayez pas de contrat fixe en tant que travailleur intérimaire, vous accumulez de l’ancienneté. Mais le calcul est différent de celui des travailleurs permanents. Pour un travailleur intérimaire, on ne prend pas en compte le nombre d’années, mais bien les périodes d’activité auprès de votre agence d’intérim. 

Cela signifie que tous les jours prestés de tous vos contrats de travail intérimaire sont additionnés. Vous accumulez ainsi de l’ancienneté en tant que travailleur intérimaire. 

En tant que travailleur intérimaire, vous accumulez moins vite de l’ancienneté. Parce qu’en tant que travailleur intérimaire, vous pouvez également perdre votre ancienneté, par exemple si vous êtes au chômage pendant plus d’une semaine entre deux contrats.  
 
Mais dans certains cas, vous pouvez conserver votre ancienneté ! 

  • Vous avez un contrat, mais vous tombez malade et vous ne pouvez pas travailler ? Dans ce cas, vous conservez votre ancienneté accumulée. 
  • Vous ne perdez pas votre ancienneté si vous ne travaillez pas moins d’une semaine. 

Questions concernant des étudiants

Quel âge dois-je avoir pour travailler en tant qu’étudiant ? 

Vous devez avoir atteint un certain âge pour travailler comme étudiant jobiste. Vous pouvez commencer à travailler en tant qu’étudiant jobiste à partir de:

  • L’âge de 16 ans.
  • L’âge de 15 ans à condition d’avoir suivi les deux premières années de l’enseignement secondaire.

Combien de heures puis-je travailler comme étudiant jobiste par an ? 

Par année civile, vous êtes actuellement autorisé à travailler un maximum de 600 heures en tant qu’étudiant jobiste, réparties à n’importe quels moments de l’année, à des conditions très intéressantes pour vous et votre employeur.

Puis-je travailler plus que prévu ? 

Vous pouvez travailler un maximum de 600 heures par an si vous voulez bénéficier de faibles cotisations sociales. Vous voulez travailler plus de 600 heures ? Vous pouvez, mais alors les cotisations sociales deviennent plus élevées à partir de la 601e heure. Vous ne savez pas combien d'heures il vous reste ? Vous pouvez le vérifier via StudentAtWork.

En tant qu’étudiant, puis-je travailler seulement en été ? 

Non, vous êtes autorisé à travailler en tant qu'étudiant tout au long de l'année. Attention, tout le monde n'est pas autorisé à travailler autant d'heures qu'il le souhaite pendant l'année. Elle est déterminée par la région et est liée aux allocations familiales. Plus d'informations sur le thème des allocations familiales.

En tant qu’étudiant, ai-je droit aux jours fériés et au pécule de vacances ? 

Les jours fériés et le pécule de vacances sont réservés aux travailleurs qui paient les cotisations sociales normales. Vous payez moins de cotisations sociales pendant les 600 premières heures de votre travail d’étudiant. Vous n’avez donc pas droit aux jours fériés et au pécule de vacances. Un étudiant choisit quand il travaille, donc s’il veut travailler un jour férié ou non, c’est son choix. Parfois, un supplément est versé pour les jours fériés, mais cela dépend de l’employeur.

Mes parents conservent-ils des allocations familiales lorsque je fais un job étudiant ? 

Jusqu'à l'âge de 18 ans, vous avez toujours droit aux allocations familiales. Lorsque vous dépassez cet âge et que vous poursuivez vos études, vous dépendez des heures de travail autorisées dans votre région. En Flandre et en Wallonie, vous ne pouvez pas travailler plus de 600 heures par an pour avoir encore droit aux allocations familiales. A Bruxelles, il s'agit de 240 heures par trimestre. Si vous travaillez plus que le nombre autorisé, vous pouvez perdre vos allocations familiales.

Mes parents doivent-ils payer plus d’impôts lorsque je fais un job étudiant ? 

Seulement dans la mesure où le montant de votre rémunération fait que vous n’êtes plus à charge de vos parents. Les montants maximums (Bruto) que vous pouvez gagner changent chaque année. Ceux actuellement en vigueur sont :

  • Si vos parents sont imposés ensemble : 7 272,50 euros
  • Si vos parents sont imposés séparément : 9 210 euros
  • Si votre parent est imposé seul + vous avez un handicap : 10 910 euros

Si vous dépassez ces montants, vos parents paieront plus d'impôts.

Et mes propres impôts ?

Le fait que vous deviez payer des impôts dépend de vos revenus. Avant 2023, vos revenus en tant qu'étudiant ne doivent pas dépasser 13 242,86 € bruts par an. Si vous dépassez ce seuil, vous devrez donc payer des impôts. Note ! Vous devez toujours remplir une déclaration d'impôt en tant qu'étudiant, même si vos revenus restent inférieurs au montant maximal.

En tant que jobiste, puis-je travailler chez plusieurs employeurs ou via une agence d’intérim ? 

Oui. Vous pouvez rester chez un seul employeur ou passer de l’un à l’autre. Peu importe tant que vous restez dans les limites de votre quota. Assurez-vous simplement d’avoir un contrat avec chaque employeur.

Je ne suis pas belge, mais j’étudie actuellement en Belgique. Puis-je travailler sous contrat d’étudiant ? 

En Belgique, chaque étudiant peut travailler sous contrat d’étudiant. Votre nationalité ou votre origine n’a pas d’importance. Vous avez alors droit à 600 heures au cours desquelles vous pourrez travailler avec des cotisations sociales réduites. Si vous venez d’un État non membre de l’UE, il peut y avoir des obligations supplémentaires. Elles sont consultables sur le lien ci-dessous :

https://www.belgium.be/fr/emploi/venir_travailler_en_belgique/permis_de_travail

Quelle est la différence entre un étudiant jobiste et un étudiant travailleur ? 

Vous êtes un étudiant jobiste si vous ne travaillez pas plus de 600 heures par an et utilisez les faibles cotisations sociales.

Lorsque vous travaillez plus de 600 heures, ces faibles cotisations sociales disparaissent et vous êtes considéré comme un salarié à part entière. Ce dernier est équivalent à un "étudiant travailleur". À partir de l'année suivante, vos heures sont à nouveau complétées et vous recommencez en tant qu'étudiant jobiste.


Questions concernant flexijobs

Qu'est-ce qu'un flexi-job ?

Grâce au système des emplois flexibles, les employés qui travaillent au moins 4/5 et les retraités peuvent gagner un centime supplémentaire dans le secteur de l'hôtellerie, de la restauration ou du commerce de détail.

  • Les personnes qui travaillent dans le cadre d'un flexi-job ne paient pas de cotisations de sécurité sociale ni d'impôts sur leur salaire. Le salaire brut est égal au salaire net. Vous accumulez également des droits sociaux (allocation de chômage, pension, vacances, etc.). En tant qu'employé, il n'y a pas de limite à ce que vous pouvez gagner. C'est donc très intéressant. Les retraités âgés de plus de 65 ans peuvent également gagner un revenu supplémentaire illimité. Toutefois, les retraités de moins de 65 ans doivent tenir compte d'une limite.
  • L'employeur paie un taux réduit de 25 % de cotisations patronales en plus du salaire d'un travailleur flexible.

Quels sont les avantages du flexi-job ?

  • Vous n'avez pas à payer d'impôts ni de cotisations de sécurité sociale, votre salaire brut est égal à votre salaire net.
  • Vous ne courez pas le risque de tomber dans une tranche d'imposition supérieure car vous ne devez pas inclure les revenus de votre flexi-job dans votre déclaration d'impôts.
  • Vous accumulez des droits sociaux, tels que les allocations de chômage, la pension, les vacances, etc.
  • Vous pouvez travailler autant d'heures que vous le souhaitez en tant que "flexi-jobber" et il n'y a pas de limite à vos revenus.

Qui peut faire un flexi-job ?

  • Si vous travaillez au moins 4/5ème en tant que salarié.
  • Concrètement, nous vérifions si vous avez travaillé au moins les 4/5e il y a trois quarts. Par exemple, si vous souhaitez travailler en tant que "flexi-job" en janvier 2020, vous devez avoir travaillé au moins les 4/5e en avril, mai et juin de l'année précédente.
  • Si vous êtes à la retraite.
  • Vous voulez être sûr de pouvoir travailler en tant que "flexi-jobber" ? Contactez ensuite l'Office national de sécurité sociale.

Dans quels secteurs pouvez-vous faire un flexi-job ?

En 2015, les flexi-jobs ont été créés pour l'industrie hôtelière. En janvier 2018, ce système a été étendu aux secteurs suivants :

  • PC 118.03 pour les boulangeries, pâtisseries et salons de rafraîchissement dans une confiserie
  • PC 119 des commerçants en alimentation
  • PC 201 du commerce de détail indépendant
  • PC 202 des employés du commerce de détail alimentaire
  • PC 202.01 pour les entreprises alimentaires de taille moyenne
  • PC 302 industrie hôtelière
  • PC 311 pour la grande distribution
  • PC 312 pour les grands magasins
  • PC 314 pour la coiffure et les soins de beauté
  • PC 322 pour un emploi temporaire, si l'utilisateur appartient à l'un des PC énumérés ci-dessus

Quel est le montant de mon salaire ?

Un flexi-job nécessite un flexi-pay. Le minimum légal est de 10,28 euros par heure. Cela représente 9,55 euros de salaire et 0,73 (7,67 %) euros de pécule de vacances que vous recevez immédiatement. Bien entendu, vous pouvez négocier un salaire plus élevé en concertation avec votre employeur.

Selon le secteur dans lequel vous travaillez, vous avez droit à une prime supplémentaire pour les services fournis le dimanche et les jours fériés. Dans le secteur de l'hôtellerie, il s'agit de 2 euros par heure réellement travaillée, avec un maximum de 12 heures par jour. Travaillez-vous entre 12 heures du soir et 5 heures du matin ? Vous avez alors droit à une prime supplémentaire de 1,2398 par heure travaillée.

Vous ne payez pas de cotisations de sécurité sociale ni d'impôts sur ce salaire flexible. Votre salaire brut = votre salaire net. Il n'y a pas de risque de tomber dans une tranche d'imposition plus élevée parce que vous n'incluez pas ce salaire dans votre déclaration d'impôts.

Vous doutez de votre capacité à bénéficier d'un flexi-job ?

Contactez l'ONSS. Ils peuvent vérifier si vous remplissez les conditions sur la base de vos données personnelles (numéro de registre national). Voici les coordonnées de contact : 02/509 59 59 ou Contact@rsz.fgov.be.